TGS

Sortie de crise : transformer l’entreprise pour assurer sa pérennité

Le 14.04.2021 0 commentaires
Sortie de crise : transformer l’entreprise pour assurer sa pérennité

Dans les deux premiers articles de cette série, nous avons abordé les premières actions à mettre en œuvre pour sortir l’entreprise de la zone de risques, puis l’étape cruciale de la restructuration financière. Une fois le soutien des partenaires obtenu, l’entreprise doit poursuivre son action de retournement. Toute crise nécessite une transformation et le dirigeant va devoir adapter son modèle à la nouvelle donne de son marché.


Nouveau business model, nouvelles opportunités

Le diagnostic initial a permis de déterminer les causes de défaillances principales ; il est temps de  définir un plan de continuation d’activité. Le dirigeant et son équipe doivent donc redéfinir un projet d’entreprise, une stratégie et adapter l’organisation au monde de demain.

Un projet donne une raison d’être, une vision, une ambition et décline des axes stratégiques issus de :

> l’analyse du positionnement marché,
> portefeuille de produits et de clients,
> l’expérience délivrée au client,
> l’évolution des attentes et besoins clients,
> les nouvelles manières de prospecter et de nouer des liens avec toutes les parties prenantes...

S’appuyer sur la dynamique créée pendant la gestion de la crise permet de produire un nouveau business model solide et performant et d’investir dans l’excellence opérationnelle. Car sans performance dans l’exécution, pas de rentabilité possible.

Finalement, cette crise ne serait-elle pas devenue source d’opportunités ?

Pour assurer sa compétitivité et sa pérennité, l’entreprise va devoir se transformer et notamment :

> Développer ses performances
> Créer de la valeur pour développer la satisfaction client
> Transformer son fonctionnement
> Optimiser ses coûts
> S’appuyer sur et développer la richesse humaine de ses collaborateurs


Les 4 phases clés de la démarche de transformation de l’entreprise

1. Redéfinition du projet d’entreprise et élaboration de la stratégie

En sortie de crise, l’avenir de l’entreprise doit être réinventé. Un nouveau projet doit être élaboré et décliné en axes stratégiques. La formalisation du projet d’entreprise est importante car sa communication sera un acte fort.

2. Réaliser un diagnostic de performance

La gestion de la crise a permis d’identifier l’origine des difficultés. Il est nécessaire d’aller plus loin et de réaliser un diagnostic complet. Ce diagnostic n’est pas un jugement mais un constat objectif basé sur des chiffres, des entretiens et des observations terrain. C’est un travail collaboratif avec les équipes terrain.

Il permet de disposer d’un socle factuel permettant de décider des actions prioritaires et de proposer une feuille de route sur plusieurs mois. Les résultats sont bien sûr partagés avec la direction et les équipes concernées afin d’aligner toutes les parties prenantes sur le travail à réaliser.

3. Réaliser des chantiers pilotes

La démarche de transformation est une démarche à moyen terme qui a besoin de résultats à court terme. Il convient donc de mettre en place rapidement les premières actions d’amélioration en impliquant les équipes. Supprimer des irritants, résoudre des problèmes, mettre en place un système de management de performance sont autant de chantiers qui permettent d’obtenir les premiers succès et de garantir la formation des futurs référents.

4. Déploiement et pérennisation

Les premiers chantiers passés, il convient de déployer la démarche à toute l’entreprise en suivant la feuille de route définie. Il s’agit de piloter, suivre et animer la transformation avec rigueur, sans faille et en toute transparence régulièrement. Le volet humain, dans toute cette démarche de sortie de crise, va jouer un rôle essentiel.


L’importance du management pour la réussite du projet de transformation

Il ne peut pas y avoir de performance durable et pérenne sans motivation et sans un investissement sans faille et inconditionnel des équipes. Pour cela, le management va devoir adapter ses pratiques.

Voici 8 conseils pouvant être appliqués en la matière :

1. Informez sur la situation, en jouant la carte de la transparence. Des collaborateurs avertis sont en capacité de s’adapter individuellement et collectivement. Cela diminue par ailleurs le climat anxiogène.

2. Faites votre autodiagnostic et utilisez la force de l’exemplarité. Expliquez ce que vous-même vous changez dans votre comportement et vos habitudes.

3. Faites une explication pédagogique du nouveau projet d’entreprise, et bien entendu des valeurs qui le portent. L’un permet de garder le cap, pendant que l’autre peut donner des repères en termes de comportements pendant la durée de la période « sensible »

4. Restez à l’écoute des équipes. Vous devez favoriser l’évacuation du stress et la verbalisation des craintes liées à l’avenir, lors de réunions et/ou d’entretiens pour lever les freins et rassurer. Mais attention : il ne s’agit pas, en situation d’urgence, de dramatiser ou de prendre en charge ce qui normalement fait partie du travail de vos collaborateurs. Il faut au contraire témoigner sa confiance et continuer à déléguer. Un capitaine de navire ne perd pas son sang-froid quand les temps sont difficiles. Et cela est d’autant plus facile que chacun.e connait le cap, et sait ce qu’il doit faire (mission)

5. Conservez le même niveau d’exigence. Même- et surtout- si l’entreprise est en difficulté, il ne peut y avoir de réduction de qualité sur les prestations et sur les services, ce qui risquerait d’affaiblir davantage l’entreprise. Plus que jamais, maintenez la concentration sur les fondamentaux, tout en apprenant à faire aussi bien, voire mieux, avec moins.

6. Restez positif, n’exportez pas de stress. Un dirigeant est souvent le point de mire des équipes. S’il chancelle, les équipes, par mimétisme, risquent d’en faire autant.

7. Observez et soulignez les efforts des collaborateurs et saluez leur adaptabilité. Valorisez leur créativité pour contourner les obstacles. Soyez adeptes du « test and learn » : testons, essayons et pratiquons la stratégie des petits pas.

8. Enfin, et pour revenir aux chapitres précédents : toujours chercher à anticiper les crises et avoir des check-lists des fondamentaux, bonnes pratiques ou des questionnements à appliquer si elle survient. En faisant cela, vos prises de décision seront rapides et judicieuses, et vous transformerez la crise en opportunité.


L’entreprise est sortie de la zone de risque et a obtenu le soutien de ses partenaires. Forte de ce premier succès, elle a retrouvé confiance dans l’avenir et a engagé sa transformation. Au-delà de la méthodologie, c’est la force de son intelligence collective qui lui permettra de réussir son retournement et de garantir sa pérennité.

 

Articles similaires

Restructuring, entreprise en difficultés, rassurer ses partenaires
Le 08.02.2021
par  Fabien BENARD  - Consultant(e)

Restructuration financière : retrouver la rentabilité et rassurer ses partenaires

Une fois l’entreprise sortie de la zone de risque, elle doit se pencher sur la restructuration financière proprement dite. Cette étape, concrétisée par la réalisation d’une Revue Indépendante d’activité, doit faciliter sa communication avec ses partenaires (fournisseurs, administration fiscale et sociale, partenaires...
Restructuring, entreprise en difficultés, sortir de la zone de risque
Le 07.12.2020
par  Fabien BENARD  - Consultant(e)

Entreprises en difficultés : comment sortir de la zone de risque ?

Les entreprises peuvent subir des difficultés opérationnelles et/ou financières. Les causes de déséquilibre sont multiples : réduction de la demande, effondrement des prix, perte de compétitivité, défaillance d’un client important, etc.
Contactez-nous