Réussir le retour en présentiel de ses équipes

Le retour en présentiel dans les bureaux est un enjeu essentiel pour les entreprises. Elles devront tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité de leurs collaborateurs, tout en leur donnant l'envie de revenir.

Partager sur :
retour en présentiel

Après 15 mois de crise inédite, les mesures gouvernementales semblent nous permettre d’envisager le retour massif des salariés en entreprise.

Les managers de proximité vont avoir un rôle déterminant à jouer pour garantir le succès de cette opération. Leur bonne préparation est un élément déterminant de réussite.

Retour progressif en entreprise : faites le bilan !

Une crise inédite

La crise que nous venons de vivre est inédite par son ampleur et sa durée avec deux conséquences principales :

  • Le traumatisme lié à l’omniprésence de l’idée de mort: « vous allez peut-être mourir ou faire mourir ceux que vous aimez… »
  • L’isolement, le repli sur soi, amplifié par les différents épisodes de confinement

Ces deux caractéristiques sont des éléments majeurs à prendre en compte pour comprendre dans quel état d’esprit les collaborateurs vont reprendre le chemin du travail.

Le traumatisme

« Un traumatisme psychique est une réaction émotive persistante qui fait souvent suite à un évènement extrêmement éprouvant de la vie. Le fait de vivre un évènement traumatisant peut compromettre le sentiment de sécurité et le sentiment d’identité ainsi que la capacité à réguler les émotions et à s’orienter dans ses rapports avec les autres. » Source : camh.ca

Les conséquences d’un traumatisme sont de deux ordres :

  • Altération du sentiment de sécurité
  • Altération du sentiment d’identité

Il faut s’attendre à des difficultés relationnelles dans vos équipes. Après « l’euphorie » des retrouvailles liées au sentiment de liberté retrouvé, à la joie de renouer avec la « vie d’avant », la « routine » du quotidien risque de raviver la peur vécue au cours de ces derniers mois. Le sentiment d’impuissance à maitriser les évènements peut alors prendre le dessus et altérer la capacité à maitriser ses émotions. Et c’est souvent sur des évènements ou des situations futiles, anodines que les conflits peuvent éclater. Ils pourront être intenses, amplifiés par l’effet de cumulation des émotions depuis de nombreux mois.

L’isolement

Il faut s’attendre également à ce que vos collaborateurs soient en perte de repères. La peur est une émotion régressive qui provoque un repli sur soi. Les questions existentielles ont tourné en boucle dans la tête de la plupart d’entre eux pendant cet éloignement forcé. Quel est le sens de ma vie ? Quel est le sens de mon engagement dans l’entreprise ?… L’idée de mort ramène toujours à l’essentiel et les « petits tracas du quotidien » semblent souvent bien futiles lorsque l’on a « lutté pour sa survie ». C’est l’esprit d’équipe et le sens du collectif qui peut en faire les frais. Déjà de nombreux indicateurs montrent que beaucoup sont réticents à l’idée de reprendre le travail en présentiel à plein temps. Revenir se réfugier dans le cocon familial reste omniprésent dans toutes les têtes et doit être pris en compte pour un retour en douceur.

Quelques pistes pour réussir le retour en présentiel

Les émotions qui ont dominé ces derniers mois sont la peur et la colère. Pour s’en convaincre, il suffit de suivre les réseaux sociaux. Il est donc nécessaire de mettre en place une stratégie qui va réactiver la joie et la sécurité. Joie d’être ensemble, joie de coopérer à une œuvre commune porteuse de sens, sécurité d’un avenir porteur de sens.

Célébrez

Nous vous proposons de solenniser le retour au travail. Le besoin de « faire la fête » est l’information principale de nos grands médias en ce temps de déconfinement. Il répond à un besoin social essentiel qui est de célébrer les évènements heureux de nos vies. Vous pouvez donc transformer l’évènement du retour au travail en un évènement heureux pour permettre à chacun d’apaiser ses peurs. Un petit déjeuner en équipe dans le respect des gestes barrière, un café d’accueil, un café en terrasse en équipe, un repas en équipe sont autant d’évènements qui auront comme conséquence positive de dédramatiser le retour et de renouer les liens dans l’équipe

Redonnez du sens

Nous vous proposons également de donner de la hauteur à votre activité. Si la reprise du travail se résume à se retrouver confronté au stress de la productivité et à l’immersion dans un univers de problèmes à résoudre dans l’urgence, il est fort à parier que les abandons vont se multiplier. Les problèmes font partie du travail, ils sont le travail, mais un problème qui n’est pas identifié comme une étape nécessaire et valorisante dans un projet est anxiogène.

La peur de la mort est une projection imaginaire négative dans l’avenir. Ayant été entretenus dans l’idée de la mort, nous allons reprendre le travail avec une vision de l’avenir altérée. Si en revenant au travail, le collaborateur n’entrevoit dans son avenir professionnel que du stress et de la pression, il risque fort de se replier sur soi et chez soi.

Il nous semble donc indispensable de redonner du sens à votre activité. Quelle est votre mission ? Pourquoi  faites-vous ce travail ? Pour quoi faites-vous ce travail ? Qui sont vos clients internes ou externes ? Quels sont leurs besoins ? Quels sont leurs désirs ? Qu’est-ce qui fait la valeur de ce que vous accomplissez au quotidien ?… Vos managers doivent avoir ces réponses. Ils doivent pouvoir matérialiser les progrès accomplis, les résultats obtenus, les étapes parcourues. Ils doivent pouvoir relativiser les problèmes du quotidien face à l’importance, l’utilité et la valeur du projet commun.

Donnez de la reconnaissance

La peur est une émotion régressive. Elle a pour conséquence un repli sur soi et une perte de confiance en soi face à un avenir incertain. Vos collaborateurs vont revenir fragilisés. Ils ont besoin de reprendre confiance en eux, en vous. Il est donc nécessaire d’adopter une attitude positive, de valoriser les succès et de relativiser les échecs. Les échecs sont une conséquence logique de la prise de risque. Or travailler c’est prendre des risques. Vivre c’est prendre des risques. Pour pouvoir assumer cette prise de risque, nous devons être confortés dans notre capacité à réussir. En valorisant les succès et relativisant les échecs, nous créons une dynamique vertueuse et propice à l’engagement.

Procédez par étapes

Il semble contreproductif d’envisager un retour immédiat en présentiel à plein temps. Après cette longue période de replis sanitaire, il est nécessaire de prendre en compte un phénomène d’accoutumance. C’est une des lois immuables de l’accompagnement au changement. Le retour au travail peut être considéré comme un changement majeur dans la vie des collaborateurs. Il faut donc accompagner ce changement en prenant en compte le fait qu’un changement d’habitude prend en moyenne 66 jours… Nous vous proposons donc d’inscrire le retour de vos salariés dans la durée avec une première étape avant les congés d’été, puis une deuxième à la rentrée de septembre et enfin, un retour à la normale à la fin de l’année si la situation le permet. Peut-être est-il opportun de profiter de cette situation pour organiser le télétravail de façon pérenne.

Accompagnement à la mise en place du télétravail

Multipliez les entretiens en tête à tête

L’éloignement forcé a eu pour conséquence une perte de repère. Les managers en tant qu’autorité légitime de l’équipe sont les garants du cadre et des repères qui construisent l’esprit d’équipe. Il est donc nécessaire de prendre le temps de recevoir chaque collaborateur dans des entretiens en tête à tête pour prendre la mesure de son état d’esprit et favoriser l’expression des difficultés qu’il rencontre dans cette situation inédite. Ces entretiens doivent avant tout être construits pour favoriser la parole du collaborateur et une écoute active et attentive du manager. Dans un deuxième temps et en prenant en compte ce qu’il aura entendu, le manager aura à cœur de rassurer son collaborateur et de fixer le cadre de son activité en prenant soin de s’assurer de son adhésion au dispositif.

Si la crise sanitaire sans précédent que nous vivons a pu mettre en lumière l’extraordinaire capacité d’adaptation des personnes et des organisations face à l’inédit, nous ne devons pas perdre de vue les risques psychosociaux majeurs que peut engendrer une situation traumatisante. La prise en compte de l’élément humain pour bâtir l’avenir de nos entreprises est plus que jamais d’actualité. Toute précipitation dans l’accompagnement des collaborateurs dans cette situation particulière ne ferait qu’aggraver les conséquences négatives de la crise. Le mot d’ordre est plus que jamais à la tempérance et à la prise de hauteur.

Nos offres d'accompagnement pour la gestion de vos ressources humaines

Conseil en management

En savoir plus

Conseil en organisation

En savoir plus
Rédigé par

François de Villenaut Consultant(e) TGS France