Cette réponse a été mise à jour le 04/06/2021.

Oui, les personnes qui présentent des symptômes de la Covid-19 doivent s’isoler à leur domicile, dès l’apparition des symptômes, et effectuer un test de dépistage au plus vite.

Si elles ne sont pas en mesure de continuer à travailler depuis leur domicile, elles sont invitées à se déclarer, à compter du 10 janvier 2021, sur le site www.declareameli.fr ou www.declare.msa.fr et à s’engager à réaliser un test antigénique ou RT-PCR dans les deux jours suivants.

Cette démarche permet de bénéficier du versement d’indemnités journalières et du complément employeur, sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, dès la déclaration des symptômes et le premier jour d’arrêt, et ce jusqu’à l’obtention du résultat de leur test.

Le récépissé de la déclaration du salarié sur le site internet permet au salarié de justifier de son absence auprès de son employeur.

Si le résultat du test est négatif, le salarié doit reprendre son activité professionnelle (ou consulter un médecin si les symptômes persistent et ne permettent pas l’exercice de son activité), et fournir à l’employeur le document reçu de l’assurance maladie attestant des dates acceptées pour l’arrêt de travail.

Si le test est positif, l’arrêt de travail est alors prolongé.

Source : Décret n°2021-271 du 11 mars 2021

Un décret du 26 mai 2021 est venu compléter la liste des dérogations. Les salariés présentant un résultat positif à un autotest de détection antigénique de la Covid-19 peuvent percevoir des indemnités journalières de sécurité sociale et des indemnités complémentaires de l’employeur.

Le versement de ces indemnités est conditionné à la réalisation par l’intéressé d’un test de détection du virus (PCR ou antigénique) dans un délai de 2 jours à compter du début de l’arrêt de travail. L’indemnisation dérogatoire se poursuit pour la durée courant jusqu’à la date d’obtention du résultat du test.

Le décret étend également ce régime dérogatoire aux assurés faisant l’objet d’une mise en quarantaine ou d’un placement et d’un maintien en isolement prescrit par le Préfet lorsqu’ils sont en provenance d’un pays ou d’un territoire confronté à une circulation particulièrement active de l’épidémie ou la propagation de certains variants.

Ce décret entre rétroactivement en vigueur pour les arrêts de travail ayant début à compter du 28 avril 2021.

Source : Décret n°2021-657 du 26 mai 2021

Dirigeants, employeurs, découvrez toutes les réponses aux questions que vous vous posez dans notre foire aux questions dédiée à la crise du Coronavirus.